logo

Mon plus grand rêve, c'est de posséder ma propre vache. J'ai déjà une chèvre qui m'appartient à moi tout seul. Il est possible que je sois tenté de la vendre parfois, mais je ne le ferais jamais car elle nourrit mes enfants et me rapporte de l'argent.

La dernière fois que j'ai bien ri, c'est quand on m'a dit que vous alliez venir ici pour me prendre en photo.

Nous partageons la cuisine dans notre communauté, nous sommes 15 femmes et nous nous relayons pour préparer les repas.

Ce sont les femmes qui font la plupart du travail dans ce village.

Lorsque le bétail tombe malade, on n'hésite pas à dépenser de l'argent pour acheter des médicaments, mais pour les humains, on attend. Dieu nous préserve qu'un bébé tombe malade en même temps qu'une vache, car il nous faudrait commencer par soigner l'animal.

Je veux que mes enfants grandissent pour qu'ils soient de bonne moralité. Pour moi, ça fait partie de la réussite.

La vie est à la fois facile et difficile ici. Le plus dur, c'est de ramasser du bois de chauffage. Tous les ans, nous devons marcher plus loin pour en trouver.

Djeneba
Kassela, Mali
Congola, Mali
Nanyuma
Aminata
Siby, Mali
Farada, Mali
Kassela, Mali
Awa
Siby, Mali
Aissata
Kondja
Farada, Mali
Adiara