logo

On entend des gens dire qu'ils savent comment utiliser les armes pour résoudre un problème. Mais prendre les armes est de l'histoire ancienne, le temps est venu de reconstruire ce pays. Nous qui avons vécu dans d'autres pays, nous savons combien il est important de vivre ensemble, nous tous qui sommes burundais.

Je ne pouvais pas m'appeler un artiste, parce que en tant que tailleur, on n'arrête jamais d'apprendre.

Je suis née en Tanzanie, j'ai grandi là-bas et je m'y suis mariée. Nous avons toujours eu suffisamment de quoi manger et nous pouvions dormir paisiblement la nuit. Mais la vie n'était pas bonne, parce que ça n'était pas notre pays.

Lorsque nous étions encore en Tanzanie, mon mari m'avait promis de me donner des terres pour nos enfants, mais il a changé d'avis quand nous y sommes retournés. J'ai pensé que mes enfants allaient finir par vivre dans la rue. Dieu merci, l'IRC m'a aidé à réclamer des terres ne serait-ce que pour mon cadet.

J'aurais aimé aller à l'école, mais mon père a dit que ça n'était pas nécessaire.

Cossan
Nyanza-Lac, Burundi
Nyanza-Lac, Burundi
Dieudonne
Marie
Kabondo, Burundi
Nyanza-Lac, Burundi
Analissa
Alice
Nyanza-Lac, Burundi
Sindh province, Pakistan
Hemi

When I think about home, I think it should be somewhere solid and sustainable. Somewhere we won't be forced to move from.

When the clouds gather we worry we'll lose our crop of wheat.

Haryoo
Sindh province, Pakistan